fermer

Scénario #4 — L’équilibre des territoires fait la vie

Tags :
C’est le scénario de l’équilibre entre les territoires. C’est donc d’abord celui d’une quête d’aménagement du territoire qui révèle les potentiels autant qu’elle apaise les tensions et facilite la transition énergétique.

Cette logique d’aménagement du territoire s’applique à une double échelle :

  • d’abord à l’intérieur de la métropole où elle rééquilibre le développement en impulsant la structuration des polarités secondaires. Il s’agit là, à la fois de revéler le « génie » des territoires mais aussi de mieux répartir les équipements attracteurs de telle sorte que la métropole sorte du mode de développement exclusivement radio concentrique pour aller vers le polycentrique.
  • mais aussi vis à vis des territoires environnants, de l’aire d’influence métropolitaine, c’est à dire d’une zone de 50 à 80 km autour de la métropole.

Ce scénario, c’est celui de la mobilité et, par conséquent, de la solidarité mais c’est aussi celui du libre choix de vie qui limite les transhumances automobiles quotidiennes et redonne du confort de vie.

Il le fait en traitant notamment la question des distances dites intermédiaires, en repensant entièrement son système de mobilité autour du chemin de fer avec la réouverture de petites lignes, la mise en place d’un réseau de RER, la « diamétralisation » qui cesse de faire de la gare Saint-Jean un terminus, l’accueil de nouveaux modes de déplacement, téléphérique pour rallier la presqu’île, des transports rapides vers Lacanau et le bassin d’Arcachon.

C’est le scénario qui considère que l’innovation n’est pas réservée au coeur de la métropole voire à la métropole, qui pousse à la décentralisation de l’université dans les villes moyennes, à la création de grands équipements économiques et culturels en lisière de la métropole ou de campus université/recherche/entreprise au plus près des lieux de l’entreprise et qui postule que – sous réserve de connexion haut débit et de bonne accessibilité – il est possible de créer des écosystèmes sur les franges ou en dehors de la métropole à l’instar de Darwin ou demain de la vieille cure à Cenon ou d’Hermès à Saint Louis de Monferrand.

Ce scénario apaise aussi le développement du centre de l’agglomération en ne le rendant plus otage de toutes les densifications qu’imposerait la poursuite d’un système radio-concentrique.

C’est le scénario des échanges et d’abord des échanges et des partenariats à bénéfices réciproques entre la métropole et les villes petites ou moyennes qui l’entourent. Les échanges entre les hommes bien sûr dans un nouvel équilibre entre l’emploi et le logement, mais aussi tous les autres, considérant que les échanges entre les villes moyennes et la métropole doivent être permanents et aussi vitaux pour les uns que pour les autres, qu’il s’agisse d’alimentation, d’énergie, de commerce ou de production économique.

C’est le scénario qui fait de l’évaluation externe de ses politiques un principe de base, qui rend à la Garonne, de Royan à Agen, un rôle cardinal, qui diffuse le tourisme, qui noue des partenariats pour aménager l’estuaire, faire classer les carrelets au patrimoine de l’Unesco…

C’est le scénario enfin qui peut créer de l’espoir et de la solidarité pour beaucoup de ceux qui ont, depuis des mois, fait entendre leurs voix.

Il repose sur l’idée que la société de demain sera celle des échanges, de la solidarité et de l’innovation dans le respect des valeurs de la République, liberté, égalité, fraternité.

Mais c’est aussi le scénario de la plus grande disruption dont le modèle administratif est largement à écrire. Il ne pourra se mettre en place que s’il est fortement soutenu par tous ceux qui sont prêts à mettre leurs énergies à son service.

Il nécessitera là aussi une autre organisation budgétaire, le développement d’autres compétences et sans doute la mise en place d’un outil spécifique.

Voir aussi

Facebook Twitter Youtube Newsletter