fermer

Les recommandations des pessacais pour 2050

Tags :
Le mercredi 11 juillet dernier, la ville de Pessac a convié ses habitants à une concertation citoyenne sur le thème “Pessac en 2050”. Il s’agissait de penser la ville de Pessac en 2050 et sa place dans la métropole. La réflexion s’est faite autour de 3 thématiques : urbanisme, développement durable/ environnement et mobilité.

Il se dégage de cette soirée des idées innovantes en termes notamment de mobilité : un service de voiturier inversé (des voitures en partage amenées où les habitants en on besoin), des routes durables c’est à dire productrice d’énergie, un service de covoiturage géré par un organisme public afin de sécuriser les données des utilisateurs et des livraisons en autopartage.

Les enjeux spécifiques à la ville de Pessac ont été abordés. En effet, Pessac fait face à l’augmentation du nombre d’étudiants ainsi qu’au vieillissement d’une autre frange de sa population. La déspécialisation des espaces et une mixité fonctionnelle et générationnelle sont des pistes à étudier, aux yeux des citoyens. Le campus deviendrait alors un lieu où l’on trouve services, habitats et entreprises.

La problématique du réchauffement climatique a également été très discutée. En effet, Bordeaux en 2050 connaîtra le climat de Séville. Les habitants répondent à cela par des espaces verts qui ne soient pas uniquement décoratifs, une attention particulière à apporter aux couleurs de l’espace urbain (éviter le noir) et aux matériaux de construction. Faire du recyclage in situ (eau du bain ou de la douche utilisée dans les toilettes) et collecter l’eau pluviale est aussi une proposition. Les risques naturels (inondations, tempête…) augmentés par le dérèglement climatique sont davantage à prendre en considération dans l’urbanisme, selon les participants.

S’agissant du logement, les citoyens ont évoqué l’adaptabilité des habitats dans le temps et la réservation et location de pièces partagées à plusieurs appartements pour accueillir les enfants des familles recomposées. Alors que la densification de l’habitat fait consensus, la question de la verticalité reste sujette à débat.

Les valeurs de 2050 étaient également au coeur des tables rondes. Le passage d’un droit à la propriété privée vers un droit d’usage demeure controversé parmi les participants.

Le maire de Pessac, Franck Raynal a résumé les échanges : “en 2050, vous anticipez qu’on sera dans une ville du circuit court et du temps long, l’inverse de ce que l’on vit aujourd’hui”. Il a également souligné la responsabilité dans ce qui a été exprimé par les citoyens.

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook Twitter Youtube Newsletter