fermer

La valeur ajoutée partagée, par Laurent Mathiolon

Tags :
©Thomas Sanson
La construction d’un ensemble immobilier est généralement perçue par les habitants existants des quartiers comme un élément nouveau générateur de nuisances : chantier, nouveaux habitants, circulation…
La production immobilière n’a guère évolué depuis le 20e siècle et n’a pas intégré les nouvelles données du 21e siècle avec les nouveaux usages et encore moins anticipé les évolutions que nous allons connaître d’ici 2050 en matière d’énergie, de mode de transport, des nouveaux modes de travail, dans le domaine de la santé, de bien vivre et de partage.

SOLUTIONS

  1. Il faut repenser la production immobilière pour intégrer et anticiper les évolutions à venir dans les différents domaines précités
  2. Il faut que la réalisation d’un projet immobilier dans un quartier existant ne soit plus vécu comme une contrainte mais au contraire comme une chance pour le quartier existant en proposant aux habitants de partager avec eux ce que le nouveau projet va générer en valeur ajoutée dans différents domaines que je vais détailler et c’est ce que j’appelle : VAP.

La VAP

C’est d’abord de référencer, avec les habitants du quartier, sous forme de concertation (dématérialisée) collaborative, les besoins exprimés par les habitants d’éléments qu’ils ne trouvent pas dans leur quartier existant.

Avant 2050, les modes de déplacement vont évoluer très fortement et nous verrons, très vraisemblablement disparaître la voiture individuelle au cœur des villes qui sera remplacée par d’autres modes de déplacement : voiture autonome électrique en auto-partage, vélo électrique avec vélo route, drone volant autonome individuel ou collectif, téléphérique et sans doute d’autres modes que nous n’avons pas encore envisagés en 2018.

L’espace, libéré par les voitures individuelles, pourra permettre de réaliser des espaces collectifs dans les nouveaux bâtiments qui pourront être à l’usage des habitants du projet mais aussi de leurs voisins.

De même, nous allons progressivement produire de l’électricité avec l’apport énergétique du soleil en auto consommation qui permettra, avant 2050 de produire plus d’énergie pour les nouveaux bâtiments que ces propres besoins que nous pouvons partager avec les habitants du quartier….

Aussi je propose une série d’espaces collectifs collaboratifs mutualisables en fonction de la taille du projet à construire :

Projet inférieur à 50 logements :

  1. Partage d’énergie pour les besoins des habitants du quartier mais aussi pour l’espace public
  2. Local vélo avec recharge batterie + rangement individuel pour le matériel lié au vélo

Projet compris entre 50 et 100 logements :

  1. Partage d’énergie pour les besoins des habitants du quartier mais aussi pour l’espace public à une plus grande échelle
  2. Local vélo avec recharge batterie + rangement individuel matériel lié au vélo
  3. Locaux de start-up/logement télé travail avec accès autonome pour les usagers permettant d’habiter et de travailler dans un espace interconnecté pour guider les premiers emplois.

Projet compris entre 100 et 150 logements :

  1. Partage d’énergie pour les besoins des habitants du quartier mais aussi pour l’espace public à une plus grande échelle
  2. Local vélo avec recharge batterie + rangement individuel matériel lié au vélo
  3. Locaux de start-up/logement télé travail avec accès autonome permettant d’habiter et de travailler dans un espace interconnecté pour guider les premiers emplois.
  4. Intégration d’un gardien dans le bâtiment qui permet la gestion d’espaces communs collaboratifs :
    – Local médical autonome pour assurer une série d’examens médicaux simples ne nécessitant pas de se déplacer chez un médecin,
    – Local ordures ménagères avec tri et recyclage de certains déchets,
    – Jardin nourricier partagé sur le toit ou au sol pour l’auto-production alimentaire
  5. Voiture électrique autonome sur borne en auto-partage

Projet de plus de 150 logements :

  1. Partage d’énergie pour les besoins des habitants du quartier mais aussi pour l’espace public à une plus grande échelle
  2. Local vélo avec recharge batterie + rangement individuel matériel lié au vélo
  3. Locaux de start-up/logement télé travail avec accès autonome permettant d’habiter et de travailler dans un espace interconnecté pour guider les premiers emplois.
  4. Intégration d’un gardien dans le bâtiment qui permet la gestion d’espaces communs collaboratifs :
    – Local médical autonome pour assurer une série d’examens médicaux simples ne nécessitant pas de se déplacer chez un médecin,
    -Local ordures ménagères avec tri et recyclage de certains déchets,
    – Jardin nourricier partagé sur le toit ou au sol pour l’auto-production alimentaire
  5. Voiture électrique autonome sur borne en auto-partage
  6. Local en toiture pour station drone, taxi autonome ou drone autonome individuel / collectif attaché à la résidence
  7. Place de marché avec espace couvert pour circuit court des AMAP afin de vendre leurs productions aux habitants du quartier
  8. Maisons relais pour accueil des plus démunis comme ce qui est déjà fait par Habitat et Humanisme
  9. Locaux associatifs permettant de renforcer le lien social entre les habitants du quartier
  10. Salle de sport commune, piscine, rooftop pour profiter d’espace de détente.

Cette liste est à titre d’exemple et pourra, à l’échelle des futurs PLU, être complétée lors de concertation citoyenne où les habitants, déjà en place, seront sollicités pour participer à l’élaboration du cahier des charges de la Valeur Ajoutée Partagée.

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook Twitter Youtube Newsletter