fermer

Entretien avec Cécile Maisonneuve, Présidente de La Fabrique de la Cité

Tags :
©Bernard Martinez
Le 07 novembre prochain, de 08H30 à 12H30, la maison #BM2050 accueillera La Fabrique de la Cité à l’occasion d’un séminaire-débat autour de la thématique du logement abordable. Dans le cadre de cette journée, Cécile Maisonneuve, présidente de la Fabrique de la Cité a accepté de répondre à certaines questions.

Pourquoi un partenariat entre La Fabrique de la Cité et Bordeaux Métropole ?

Cécile Maisonneuve : C’est aujourd’hui que se construit la ville de demain : les choix que nous faisons en matière de mobilité, d’aménagement urbain, d’énergie, de construction, etc. nous engagent pour plusieurs décennies. C’est donc aussi aujourd’hui qu’il faut poser les jalons et créer le cadre d’une vision partagée de ce que sera la ville de demain.

Telle est la raison d’être de La Fabrique de la Cité. Notre rôle est de réunir tous ceux qui contribuent à faire émerger la ville de demain : chercheurs, décideurs et élus, urbanistes, architectes, entrepreneurs, investisseurs…, Notre conviction est qu’une démarche interdisciplinaire est nécessaire pour proposer de nouvelles manières de construire et reconstruire les villes. Nous l’enrichissons d’une dimension internationale : les bonnes pratiques, les démarches pionnières doivent être partagées et débattues. Alors que les cartes sont rebattues par les transitions – démographique, environnementale, numérique – à l’œuvre, nous devons comprendre, pour l’avenir de nos villes, qui relève de tendances de fond, au-delà des effets de mode et des biais de perception.

Dans ce contexte, la démarche prospective dans laquelle Bordeaux Métropole s’est engagée, avec audace et vision, par le biais du projet #BM2050, nous intéresse éminemment. En interrogeant de manière innovante la façon dont nous vivrons au milieu de notre siècle, l’impact des nouvelles technologies et de l’automatisation sur nos vies ou encore l’évolution du travail et de la mobilité, la métropole se place déjà dans cette nouvelle manière de fabriquer la cité. Elle a compris que les villes pionnières donneront le ton dans ce monde de villes qui s’annonce, où les trois quarts de la population mondiale seront urbaines en 2050. Et les villes pionnières seront celles qui sauront répondre aux deux questions suivantes : qui aura accès à la ville et aux opportunités qu’elle offre ? Comment les villes sauront-elles fabriquer de la qualité de vie ?

A l’intersection de ces deux questions, on trouve la question du logement abordable. Or Bordeaux a une approche extrêmement intéressante de ce sujet. C’est pourquoi nous avons choisi d’en faire un cas d’étude, à l’instar de six autres villes européennes en croissance (Paris, Londres, Berlin, Munich, Varsovie et Stockholm). Et c’est tout naturellement que s’est mis en place ce partenariat avec la Métropole pour réfléchir ensemble aux grands défis urbains de demain et pour débattre, le 7 novembre prochain, à la Maison #BM2050, sur le sujet « À la recherche du logement abordable : un défi européen ».

Pourquoi avoir retenu une perspective européenne sur le logement abordable ?

La pénurie de logement abordable dans les métropoles européennes en croissance est générale. Elle remet en cause la capacité des ménages à revenus faibles et moyens à imaginer leur avenir en ville. Or l’ADN de la ville européenne par rapport aux villes des autres continents, c’est son caractère inclusif.

Car le sujet du logement dépasse très largement la simple question de l’habitat : il est intrinsèquement lié aux enjeux de mobilité, d’inclusion sociale ou encore d’emploi et de dynamisme économique. Il est aussi éminemment métropolitain : ce n’est pas au niveau national que se manifeste le déséquilibre entre offre et demande de logement mais bien dans les métropoles, où se concentrent les opportunités d’emplois et où les prix du foncier et de la construction explosent aujourd’hui. Des défis comme l’identification et la mobilisation de foncier disponible ou les contraintes réglementaires bridant la production de logement abordable sont aujourd’hui le lot de toutes ces métropoles européennes denses et attractives.

Or, il n’y a pas de fatalité. Il est encore possible de résoudre la crise du logement abordable ; nos travaux le montrent et les experts du logement, où qu’ils se trouvent, en sont convaincus. La résorption de la pénurie ne passera pas par le solutionnisme technologique mais par une stratégie de long terme qui devra impliquer tous les acteurs de la cité et nécessite de revoir entièrement nos cadres de pensée et manières de faire traditionnels. Cette approche requiert une mobilisation de tous les acteurs urbains que seule la volonté politique des villes et métropoles peut accomplir.

Télécharger le rapport sur le logement abordable

 

Voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook Twitter Youtube Newsletter