fermer

Débats de la semaine « Fonctions du quotidien »

Chaque semaine, la mission BM2050 invite des professionnels du mardi au jeudi afin de débattre sur un des sept grands sujets liés au futur de la métropole en vue de préparer les grandes conférences de vendredi. Cette semaine était consacrée au fonctions du quotidien. Des professionnels de la santé, de l’alimentation ou encore de l’agriculture ont partagé leur expérience et leurs idées afin d’aliments des débats autour de 3 axes :  Se nourrir, se soigner et consommer.

Débat du 15.01.2019 – Fonctions du quotidien : Se nourrir

Le premier débat de la démarche Bordeaux Métropole 2050 était organisé sur le thème de l’alimentation. Il a réuni des universitaires, des agriculteurs, des représentants d’ONG et des professionnels de la logistique et de l’aménagement urbain.

En dépit des constats alarmants sur l’effondrement de la biodiversité, l’ampleur du gaspillage alimentaire et la poursuite du réchauffement climatique, l’heure était à l’optimisme, ce mardi soir à la Maison #BM2050. Les tendances actuelles montrent en effet que chacun semble disposé à mieux se nourrir, à privilégier l’achat local et bio et à réduire sa consommation de viande. La conversion des territoires agricoles vers un modèle plus durable – enjeu majeur des prochaines années – passe par la mise en place d’une politique métropolitaine volontariste et multiforme.

A cet effet, plusieurs propositions concrètes ont émané de ce premier débat. Elles concernent l’ensemble des acteurs du secteur agroalimentaire :

  • Renforcer les dispositifs éducatifs existants, en enseignant la connaissance des aliments, la lutte contre le gaspillage et la découverte de la nature dès la maternelle
  • Promouvoir le principe d’une agriculture multifonctionnelle, en développant le potentiel environnemental, social et éducatif de l’agriculture urbaine
  • Améliorer les conditions de vie des agriculteurs, en créant des écosystèmes d’accompagnement et de valorisation de l’agriculture – sur le modèle de l’Agro Food Park d’Aarhus au Danemark -, en sanctuarisant le foncier agricole dans toute l’Aquitaine et en instaurant un pourcentage de foncier dévolu à l’agriculture dans l’ensemble des opérations d’aménagement de la métropole
  • Pérenniser les circuits courts et soutenir l’approvisionnement local de Bordeaux et ses environs, via une politique métropolitaine volontariste.

Débat du 16.01.2019 – Fonctions du quotidien : Se soigner

Le deuxième débat de la thématique fonctions du quotidien a permis d’engager une réflexion prospective sur le futur de nos pratiques sanitaires. Étaient présents des médecins libéraux et hospitaliers, des cadres du secteur sanitaire (directeurs d’hôpitaux, représentants départementaux de l’Ordre des médecins), des entrepreneurs du numérique et des acteurs associatifs.

L’ensemble des intervenants présents ce mardi se sont accordés sur la nécessité de développer les pratiques préventives et la médecine personnalisée, pour désengorger les établissements de santé tout en favorisant l’amélioration de la qualité des soins qui y seront prodigués. La question de la lutte contre la déshumanisation du système de santé a également été évoquée.

Les propositions, variées, ont permis d’esquisser quelques éléments de réponse à ces problématiques complexes :

  • Renforcer l’éducation sanitaire (hygiène, alimentation) dès l’école primaire
  • Repenser les études de médecine en y intégrant une formation dédiée à la communication préventive
  • Accélérer l’appareillement de la médecine avec les nouvelles technologies disponibles, pour lutter contre la désertification médicale (télémédecine) et améliorer l’orientation et la prise en charge des patients (Big Data, Intelligence Artificielle)
  • Intégrer les problématiques sanitaires dans les actes d’aménagement du territoire, en créant des territoires santé caractérisés par un maillage territorial équilibré et un environnement – social et naturel – de qualité.

Débat du 17.01.2019 – Fonctions du quotidien : Consommer

Le dernier débat intermédiaire de la semaine portait sur nos modes de consommation. Les entrepreneurs, architectes, représentants de communes du département et du secteur de la santé participant au débat ont fait un tour d’horizon des mutations du commerce, rappelant la précarité et la dangerosité d’une consommation infinie dans un monde aux ressources limitées. Ils ont souligné la place essentielle des nouvelles technologies et de l’activité de conseil dans la lutte contre la surconsommation et le gaspillage, avant d’aborder la question de la coopération entre les commerce physiques et numériques.

Plusieurs propositions concrètes ont été formulées à l’issue du débat :

  • Développer les dispositifs éducatifs sur ces sujets, pour accélérer la modification de nos pratiques de consommation
  • Répondre au besoin accru de souplesse des commerçants et de leurs clients en généralisant le modèle du pop-up store pour les commerces saisonniers ou temporaires
  • Populariser l’économie d’usage
  • Multiplier les incitations financières en faveur d’un mode de vie plus sobre, en instaurant des redevances prévoyant des pénalités pour les comportements anti-écologiques (et, parallèlement, des exonérations récompensant les conduites vertueuses).

Voir aussi

Facebook Twitter Youtube Newsletter